Echos des régions

  • De g. à d.: Sebastian Jürgens, Eugenio Grimaldi, Martino Conticelli.

24.08.2016 Auteur : Jutta Iten


Artikel Nummer: 15667

Un pont vert entre le sud et la Baltique

Deux ports, Lübeck et Venise, ont lancé avec le groupe Grimaldi une liaison intermodale entre la Grèce et l’Italie avec Lübeck comme porte vers la région de la Baltique.


Les administrations portuaires de Venise (Autorità Portuale di Venezia) et de Lübeck (Lübecker Hafen-Gesellschaft/LHG) et le groupe napolitain Grimaldi viennent de signer un accord. L’objectif de cette initiative est de créer une liaison intermodale (navire+train+navire) reliant la Grèce et l’Italie à la mer Baltique, et ce en utilisant le corridor ferroviaire Scanmed existant depuis le mois de novembre 2015.

 

Les ports de mer de Patras (Grèce) et Venise (Italie) ainsi que les régions voisines seront ainsi mieux reliés aux pays nordiques tels que la Suède et la Finlande ainsi qu’à la Fédération de Russie.

 

Des trains opèrent chaque jour dans les deux directions en fonction des horaires de départ et d’arrivée des ferries dans les deux ports susmentionnés. Les marchandises sont transportées sur les navires ro-ro de Grimaldi  reliant trois fois par semaine le port grec de Patras au port de Venise. Depuis le port italien, le fret est réacheminé par un train direct vers Lübeck dans le nord de l’Allemagne. Ce port sert de porte d’entrée vers la région de la Baltique. En clair, cela signifie que des correspondances par ferry sont offertes de/vers les pays scandinaves, les États Baltes et la Russie.

 

Le rôle des ports

Le port allemand de Lübeck est le quatrième hub européen pour ferries et navires ro-ro. Il dispose de 18 postes à quai spéciaux. C’est notamment grâce à la position géographique favorable du port que 21 M. de t de marchandises et plus de 700 000 trailers sont traités chaque année en trafic avec l’Europe du Nord. Toute une série de possibilités de transport intermodal vers l’arrière-pays sont en outre en voie de développement.

 

Venise pour sa part est le port italien profitant le mieux de la proximité du col du Brenner. Via ce port – et en utilisant le corridor ferroviaire Scanmed – il est possible de transporter rapidement les marchandises de/vers les destinations nordiques susmentionnées. Pour les six premiers mois de 2016, Venise annonce une augmentation du trafic ferroviaire de 31%, due entre autres à une série d’améliorations des liaisons ferroviaires locales.

 

Il ne faut pas oublier que par le biais de sa société affiliée Finnlines, un des leaders du trafic ro-ro et ferry en mer du Nord et en mer Baltique, Grimaldi assure chaque semaine 38 départs en trafic avec la Suède, 17 de/vers la Finlande et deux de/vers la Russie. Grimaldi vient d’être autorisé par les autorités finlandaises à acquérir les actions restantes de Finnlines. Ces actions ne seront donc plus négociées à la Bourse de Helsinki.

 

Une solution «verte»

Au cœur de l’accord figure la poursuite du développement du nouveau «pont de chemin de fer» entre les deux ports de Venise et de Lübeck. Il est ainsi prévu de faire circuler deux à six trains par semaine (à raison de 30 conteneurs ou trailers par train) qui acheminent et livrent les marchandises en 26 à 30 heures.

 

Cela crée une nouvelle liaison rapide et «verte» entre Venise et l’arrière-pays européen en plus du service intermodal existant (via le Brenner) qui permet de transporter en seulement trois jours des marchandises provenant du sud de l’Italie ou de la Grèce à destination de l’Allemagne et vice versa, expliquent à ce propos les promoteurs du nouveau service.