Echos des régions

  • La flotte a été agrandie et le trafic de/vers l’Afrique renforcé.

09.08.2017 Auteur : Christian Doepgen


Artikel Nummer: 19630

Cap sur l’Afrique

Le développement de nouveaux débouchés dans diverses régions du continent africain éveille l’intérêt de chargeurs et de compagnies maritimes, entre autres de CMA CGM et Arkas. Bolloré y intensifie aussi son réseau de terminaux, avec des partenaires chinois.


 

L’Afrique de l’Ouest fait partie des régions les plus dynamiques dans lesquelles la consommation croissante des habitants entraîne une augmentation des importations. Le groupe CMA CGM domicilié à Marseille y a réagi en adaptant ses routes maritimes à ces changements et en modifiant le WAX2, en plus des quatre services existants reliant l’Asie et l’Afrique de l’Ouest. Depuis le 31 juillet 2017, le WAX2 est réactivé avec un second loop pour le Nigeria.

 

Quatre navires d’une capacité de 4250 TEU desservent à une fréquence bimensuelle les ports nigérians de Tincan Lagos et Apapa et offrent des transit times plus courts puisqu’ils ne font pas escale en Afrique du Sud. Le service permettra aussi de desservir le Bénin et les destinations intérieures du Niger. Tincan Lagos est touchée au départ de Nansha (Chine) en 33 jours, de Guangdong en 35 jours, Singapour en 27 jours et Laem Chabang ainsi que Djakarta en 30 jours. La liaison directe Nansha–Apapa est assurée en 31 jours. La rotation portuaire se présente ainsi: Nansha, Singapour, Apapa, Tincan Lagos, Cotonou, Singapour et de nouveau Nansha.

 

L’armement français lance en outre le Black Sea Med Express sur les axes maritimes entre la mer Noire, la Turquie, l’Algérie et le Maroc. Ce service hebdomadaire débute le 21 août à Malte. Il sera assuré par quatre navires de 1700 TEU et touchera Casablanca, Tanger, Malte, Odessa, Constanta, Ambarli, Izmir et Annaba.

 


Arkas mise sur l’Afrique de l’Ouest

C’est sur la même vague que surfe le groupe turc Arkas. Il renforce lui aussi ses liaisons de/vers l’Afrique. Arkas augmente la capacité offerte tout en desservant également davantage de ports. La coopération avec des partenaires dans le cadre d’accords d’affrètement d’espace (Vessel Sharing Agreement/VSA) a de plus été intensifiée.

 

Arkas agit à deux niveaux. D’une part l’Europe Africa Service (EAS) est développé grâce à un nouveau VSA avec l’armement hambourgeois Hapag-Lloyd. Les deux armements coopèrent depuis décembre 2015, comme acheteurs de slots ou dans la gestion de navires. En raison des développements récents et en réponse à une demande accrue en matière de capacité, Arkas se charge de l’exploitation d’un des navires affectés au service.

 

La rotation portuaire commence à Anvers et couvre Hambourg, Anvers, Casablanca, Dakar, Tema, Abidjan et de nouveau Tanger avant de rejoindre Anvers. Arkas Line met une des cinq unités à disposition: le Vivien A a une capacité de 2478 TEU et débutera le service le 4 septembre à Anvers.

 

L’Afrique de l’Ouest dans le viseur

D’autre part, le service de/vers l’Afrique de l’Ouest (WAS) sera adapté en même temps. Il bénéficiera de capacités supplémentaires et proposera en outre une rotation s’appuyant sur un nouveau VSA avec Hapag-Lloyd et CMA CGM. Les ports de Tanger, Algésiras, Cotonou, Apapa, Tincan, Tema puis de nouveau Tanger seront touchés. Arkas Line exploitera à partir du 25 août un des quatre navires d’une capacité de 4250 TEU. Après une interruption d’un an, Apapa figure de nouveau sur l’horaire alors que Cotonou est desservi pour la toute première fois par Arkas. L’armement turc aimerait se servir de son réseau feeder pour alimenter via Tanger les services WAS et EAS en fret provenant de la Méditerranée et de la mer Noire.

 

 

Un terminal camerounais opérationnel

Au Cameroun, un consortium a été fondé par plusieurs acteurs afin d’exploiter ensemble un terminal à conteneurs. Dans le sud du pays, plus précisément à Kribi à l’embouchure du Kienkié dans le golfe de Guinée, CMA CGM, Bolloré Transport & Logistics et China Harbor Engineering se sont regroupés pour décrocher une concession d’exploitation d’une durée de 25 ans. Les pouvoirs publics camerounais se sont toutefois assuré un droit de participation aux décisions puisque le consortium franco-chinois exploitera le nouveau terminal dans le cadre d’un partenariat public-privé avec l’État du Cameroun.

 

Dans un premier temps, il s’agira toutefois de s’occuper de l’équipement technique sur place. Au cours des semaines à venir, les portiques de quai et de parc de l’installation seront ainsi mis en service. Ce terminal complètement neuf sera donc bientôt opérationnel.

 

Kribi: équipement et arrière-pays

Situé sur la côte sud de ce pays ouest-africain, le terminal à conteneurs de Kribi devrait délester le port voisin de Douala, la plus grande ville du Cameroun, et offrir également un accès direct à la capitale du district Edéa, à environ 100 km plus au nord. Il existe en outre un potentiel dans le cadre des liaisons vers des pays sans façade maritime tels que le Tchad et la République centrafricaine.

 

Les projets techniques pour le terminal sont plutôt ambitieux et misent sur un avenir marqué par les navires géants. Kribi, qui a un quai de 350 m de long et une profondeur d’eau de 16 m, accueille actuellement des navires ayant une capacité maximale de 8000 TEU.

 

Au cours d’une seconde étape, qui n’est pas encore planifiée jusque dans les moindres détails, le terminal obtiendra un second mouillage de 715 m de long. Cela permettra d’accueillir des navires d’une capacité de jusqu’à 11 000 TEU. Le port pourrait ainsi atteindre un volume de transbordement annuel total de 1,3 M. de TEU, sous réserve que la demande et l’utilisation soient satisfaisantes.

 

 

Nouvelles connexes