Echos des régions

  • Semih Kutlug, charter manager adjoint de la division Saudia Cargo

07.09.2016 Auteur : Andreas Haug


Artikel Nummer: 15849

Grandes traditions

À la différence des compagnies aériennes ambitieuses des petits Émirats du golfe Arabo-Persique, le membre de Skyteam qu’est Saudi Arabian Airlines (ou Saudia) existe depuis plus de 70 ans. Andreas Haug, rédacteur de l’ITJ, a appris de Semih Kutlug, charter manager adjoint de la division Saudia Cargo, comment le carrier est positionné sur le marché.


 

M. Kutlug, quelle est la répartition des activités de Saudia Cargo?

Les services de ligne figurent au cœur, mais nous offrons aussi des services en charter partiel ou complet et exploitons les capacités en soute de nos vols passagers vers l’Asie, l’Afrique, l’Europe et les USA. Notre réseau est composé de 225 destinations internationales et 26 nationales.

 

Hormis sur la péninsule Arabique, où trouve-t-on encore ces avions-cargos arborant des sabres et un palmier sur l’empennage?

En Asie, il s’agit de Hongkong, Shanghaï, Guangzhou et Mumbai, en Afrique Johannesbourg, Khartoum, Addis Abeba, Lagos et Nairobi, au Moyen-Orient Sharjah, en Europe Amsterdam, Bruxelles, Francfort et Milan ainsi qu’en Amérique du Nord New York-JFK.

 

L’Amérique du Sud ne figure pas encore dans le réseau de ligne?

Non, et le lancement de propres services n’est pas prévu pour l’instant. Mais nous menons des négociations interline pour desservir cette région.

 

Comment se développe le volume de fret de Saudia?

Le volume de fret croît, mais vu nos concurrents régionaux la pression s’exerçant sur la rentabilité est forte. La situation économique en Chine, en Russie et au Nigeria n’arrange rien. Nous faisons simplement de notre mieux pour nos clients et offrons nos capacités.

 

Avec 17 avions-cargos en propre, Saudia Cargo exploite une assez grande flotte. Avez-vous prévu des acquisitions? Ou de nouvelles destinations?

Oui, notre secteur commercial cherche toujours de nouveaux défis et étudie les marchés qui pourraient nous apporter de la valeur ajoutée. La plus grande innovation en 2016 est notre présence sur le marché. Notre nouveau slogan est transporter «n’importe quel fret, n’importe quand vers n’importe quelle destination.»

 

En qualité de spécialiste en charter vous êtes aussi impliqués dans le transport de projets industriels. Racontez-nous davantage sur votre savoir-faire en matière de marchandise hors gabarit.

Nous avons différents avions à fuselage large pour transporter des colis lourds et surdimensionnés tels que des tours de forage, machines, réacteurs, véhicules etc. Les avions-cargos B747 à porte de chargement avant se prêtent bien aux palettes lourdes, aussi en combinaison avec des grues ou élévateurs à fourche.

 

Beaucoup de carriers visent cette diversification. En quoi Saudia Cargo agit-elle différemment ou mieux?

Je pense que la composition de notre flotte nous donne beaucoup de souplesse et nous permet de réagir à des demandes charter à court terme. Nous avons en outre beaucoup d’expérience pour répondre rapidement à toutes les exigences commerciales et opérationnelles.

 

Votre patron, Mike Duggan, n’est pas seulement directeur charter, mais aussi responsable du secteur «strategic partnership». De quoi s’agit-il concrètement?

Notre époque est celle de la coopération. Nous cherchons activement des partenariats avec d’autres carriers.

 

Saudia est membre de Skyteam depuis 2012, mais non pas de Skyteam Cargo. L’alliance limite-t-elle d’autres activités?

En principe pas du tout. Nous sommes et demeurons libres dans le choix de nos partenaires stratégiques.

 

Nouvelles connexes