Echos des régions

  • Le pont a été construit en seulement quatre ans.

12.06.2018 Auteur : Marco Wölfli


Artikel Nummer: 23627

Un pont record pour le fret

Le pont suspendu le plus long d’Afrique enjambe nouvellement la baie de Maputo. Le grand projet de CRBC permet non seulement de desservir un faubourg de la capitale mais devrait aussi dynamiser le transport routier à destination de l’Afrique du Sud.


 

80% des transports de marchandises et de voyageurs en Afrique subsaharienne (sans l’Afrique du Sud) sont assurés sur la route. Les réseaux routiers sont pourtant souvent en mauvais état et entravent par conséquent les prestations du transport de marchandises.

 

 

La Chine construit et paie

Il existe donc dans de nombreux pays africains des projets routiers ambitieux. Souvent la China Road and Bridge Corporation (CRBC) est de la partie. La société d’État chinoise met les fonds et les ouvriers à disposition et réalise des projets routiers à très grande vitesse. Le plus récent exemple, et le plus spectaculaire, est le pont sur la baie de Maputo au Mozambique. Ce pont ayant coûté environ 800 M. d’USD relie le centre de la capitale au faubourg Katembe et crée en même temps une meilleure liaison en direction de l’Afrique du Sud, le principal partenaire commercial du Mozambique. Le pont sera inauguré le 25 juin, la fête nationale. Avec une longueur de 680 m, il sera le pont suspendu le plus long du continent. En plus du pont proprement dit, des routes d’accès ayant une longueur totale de 2,2 km sont construites des deux côtés.

 

Katembe profitera de cette meilleure desserte. Dans cette zone peu développée, il est en effet prévu d’implanter des sociétés industrielles et logistiques. Le pont va également améliorer les transports de marchandises de/vers l’Afrique du Sud. Actuellement, le Mozambique exporte des marchandises d’une valeur de 1 milliard d’USD vers le pays voisin du sud, soit un sixième de ses exportations totales. Dans le sens contraire, l’ancienne colonie portugaise importe des marchandises sud-africaines d’une valeur de 2,3 milliards d’USD.

 

   

 

Nouvelles connexes