Echos des régions

  • Opérations de transbordement à Long Beach.

09.02.2017 Auteur : Jutta Iten


Artikel Nummer: 17784

Réactions à la nouvelle donne

L’Amérique du Nord, et surtout les États-Unis, sont en pleine mutation. Au terme des récents changements politiques, c’est au tour de l’économie. Il s’agit bien sûr de voir tout d’abord dans quel sens les choses vont évoluer. En attendant, les activités se poursuivent, entre autres dans les ports qui sont les portes vers le reste du monde et où sont lancées de nouvelles mesures.


 

La consolidation des armements va se poursuivre en 2017 à l’échelle mondiale, estiment les observateurs du marché. Selon Alphaliner, les 20 lignes qui disposaient en 2016 d’une capacité de plus de 200 000 TEU et se partageaient au total 80% de la capacité globale, ne sont aujourd’hui plus qu’au nombre de 17. De nouvelles reprises et fusions sont prévues et elles feront retomber le nombre d’armements de cette taille à 13. Ce développement est surtout dû à la baisse du trafic sur de nombreuses routes marchandes. Ce qui nous conduit aux ports.

 

Cinq ports US parmi les top 50

Même si les États-Unis (et le Canada) n’étaient pas au cœur de ces bouleversements, les changements touchant le commerce mondial laissent bien évidemment aussi des traces dans les ports nord-américains et déterminent les activités prévues au cours des mois et des années à venir.

 

Selon les chiffres de 2014, seuls cinq ports à conteneurs états-uniens se placent dans le classement des 50 plus grands ports à conteneurs du monde, dont trois ports de la côte Ouest US. C’est certainement dû aux échanges commerciaux avec l’Extrême-Orient qui se situent en seconde position après ceux entre les USA et le Canada. Los Angeles (le no 1 aux États-Unis) s’est hissé à la 19e place, suivi de Long Beach (21e), New York (26e), Seattle (44e) et Georgia Ports (46e). Notons que parmi les dix premiers ports du monde neuf se trouvent en Extrême-Orient.

 

Records et ambitions

Un volume record a été enregistré en 2016 dans le plus grand port nord-américain, Los Angeles. Au dire de Gene Seroka, directeur gérant de l’administration portuaire de Los Angeles, 8,8 M. de TEU ont été transbordés, ce qui correspond à une augmentation de 8,5% par rapport à 2015. Les responsables du port estiment qu’en 2017 leurs principales missions seront de faire face aux changements dans le secteur des armements et de compenser ou réduire les éventuelles pertes qui pourraient en découler. À cet effet, ils vont optimiser des processus de gestion, la technologie d’information et l’utilisation des aires disponibles. «Il faut battre des records pour faire avancer notre économie», a déclaré Eric Garcetti, maire, en soulignant que le dernier record établi dans ce port de la côte Ouest remonte à 2006 avec 8,4 M. de TEU.

 

Dans le second port à conteneurs US, Long Beach, le volume de transbordement a légèrement dépassé 6,7 M. de TEU en 2016, soit –5,8% par rapport à 2015. Cette baisse serait également imputable à la faillite de l’armement Hanjin.

 

Les «ports verts» ont la pêche

Dans ce contexte, Duane Kenagy, interim chief executive du port de Long Beach, a souligné que ce dernier a un programme d’investissement bien financé qui se focalise sur l’optimisation des infrastructures, sur des salariés bien qualifiés, une série d’améliorations écologiques et le remplacement de lignes maritimes qui se retirent du port. Long Beach accorde aussi beaucoup d’attention à la question des navires de plus en plus grands et à leurs besoins particuliers. Le port a la ferme intention de conserver à l’avenir sa place dans le pays en qualité de «port vert».

 

Raccordement de l’arrière-pays

Des nouvelles réjouissantes nous parviennent également des États du Sud. L’administration portuaire de Georgia Ports (GPA), 46e du top 50 des ports à conteneurs, a annoncé que l’année 2016 s’est soldée par un nombre record de conteneurs pleins, soit 2,95 M. de TEU. Cela correspond à un mieux d’environ 71 000 TEU par rapport à l’année précédente. «Notre situation stratégique favorable à proximité des producteurs et de la population ainsi que l’accès direct aux routes maritimes du sud-est du pays, c’est ce qui attire nos clients», se réjouit Griff Lynch, executive director de GPA.

 

L’administration gère les ports en eau profonde Savannah et Brunswick ainsi que les terminaux de Bainbridge et Columbus situés dans l’arrière-pays. Ces derniers rapprochent le port des marchés cibles que sont l’Alabama, le Tennessee et le Kentucky. Des marchandises produites dans la région, telles que des automobiles, pneus etc., devraient en outre (selon les projets du Président Donald Trump) devenir plus compétitives sur le marché global.