Heavylift / Breakbulk

  • Un nouveau pont sur le Nil près de Jinja rendra le trafic routier plus fluide.

10.02.2016 Auteur : Andreas Haug


Artikel Nummer: 13353

«Pont aérien» vers l’Ouganda

La mondialisation à grande échelle: pour construire un pont routier sur le Nil, le plus long fleuve d’Afrique et du monde, il a fallu du matériel de divers pays asiatiques qui a transité via le Moyen-Orient.


Beaucoup de régions africaines sont encore sous-développées côté infrastructures. Il est ainsi prévu de construire un second pont routier sur le Nil Blanc dans la ville de Jinja (ville ougandaise sur les rives du lac Victoria) afin de rendre plus fluides les flux de marchandises dans le corridor nord est-africain qui relie l’Ouganda au Ruanda et au Burundi ainsi qu’au Congo et au Kenya. Les coûts de cette «New Jinja Bridge», de l’ordre de 125 M. d’USD, sont financés à 80% par le Japon.

 

La japonaise Zenitaka, chargée du projet, a commencé il y a deux ans les travaux de construction (durée totale: quatre ans) de ce pont à haubans d’une longueur de 500 m. Fin 2015, Zenitaka a passé un gros contrat de transport par avion portant sur plus de 80 t d’engins de chantier. Un marteau fond-de-trou pour creuser et des éléments en acier du pont ont ainsi été acheminés de Tokyo-Narita à Entebbe, la plaque tournante aérienne internationale de ce pays est-africain. Le transport aérien a été confié à Emirates Skycargo qui a fait transiter le matériel par son hub de Dubaï. «Au fil des ans, nous avons déjà transporté de nombreux envois surdimensionnés, depuis des hélicoptères jusqu’à des mâts de yacht en passant par des gouvernails et des réacteurs d’avions», explique Ravishankar Mirle, vice-président fret Extrême-Orient et Australasie du carrier. Pour le transport en question Skycargo a utilisé un de ses 13 B777F ayant une charge utile maximale de 100 t. La flotte all-cargo, desservant régulièrement 50 destinations du monde entier, comprend aussi deux B747-400F. ah

 

 

 

Nouvelles connexes