Heavylift / Breakbulk

  • Heiko Hinrichs a beaucoup de projets en 2015.

26.02.2015 Auteur : Antje Veregge


Artikel Nummer: 9346

Qui ne risque rien n’a rien

Ocean Five est inclassable. Outre ses activités de courtage, l’entreprise dont le siège se situe à Singapour officie en qualité d’agent pour Varamar et propose par ailleurs une large palette de prestations dans le secteur projet et charges lourdes. L’éventail de l’offre va encore s’élargir, compte tenu du programme 2015 particulièrement chargé.


«Nous sommes bien plus que des courtiers maritimes», dit Heiko Hinrichs, un point auquel le fondateur et directeur d’Ocean Five attache une importance cruciale. Ainsi l’entreprise qui a vu le jour en 2013 propose-t-elle également des analyses de marché de grande envergure, des études de projets et des prestations de planification stratégique en sus du courtage d’affrètement, sans oublier l’assistance technique et le contrôle du rendement des navires. Le choix du site de Singapour ne doit d’ailleurs rien au hasard: «Nous sommes ici pour être au plus près de nos clients», explique H. Hinrichs.

 

La région a bien d’autres atouts selon H. Hinrichs: «La situation du marché est tout de même meilleure en Asie qu’en Europe.» Il va sans dire que la marine marchande a évidemment peu de raisons de se réjouir actuellement de manière générale, mais depuis la fin 2014, H. Hinrichs constate une légère amélioration des taux.

 

2015 a donc débuté sous de bon auspices, même si la conjoncture ne se métamorphose pas du jour au lendemain. Un grand nombre d’EPC font preuve de réticence en termes d’investissements, ce qui a pour résultat de décaler les projets dont la phase de planification n’est pas encore achevée. «Nous ressentirons certainement les effets de cette situation dans les deux années à venir», prédit le chef d’entreprise. L’atout d’Ocean Five réside dans l’envergure et la diversité de sa flotte englobant barges, remorqueurs et navires transporteurs de charges lourdes.

 

L’Indonésie, encore et toujours

Actuellement, H. Hinrichs distingue surtout de belles perspectives de croissance en Asie du Sud-Est, notamment en Indonésie. Un nouveau gouvernement gère le pays depuis l’an passé et la réalisation de projets d’infrastructure figure en haut de son agenda. «Les choses vont bouger dans ce pays dans les prochaines années», H. Hinrichs en est convaincu (cf. ITJ 09-10/2015, page 25). Des projets en Corée du Sud, en Chine, en Thaïlande, en Algérie, en mer Noire, en Alaska, au Canada et dans le golfe du Mexique entre autres, figurent aussi depuis peu dans la zone d’intervention de l’entreprise.

 

Un portefeuille diversifié

Depuis l’année dernière, Ocean Five est agent commercial pour l’Asie du Sud-Est de la société Varamar. L’entreprise commercialise tant les capacités que le concept du fournisseur de prestations de services de ligne semi-réguliers et de services de tramping (cf. ITJ 2014/39-40, page 50). Que ce soit en tant qu’agent ou en son nom propre, il est crucial pour Ocean Five de réagir rapidement aux requêtes de la clientèle. «Le facteur temps est capital», commente H. Hinrichs. La qualité du service joue naturellement aussi un rôle important, étant donné que c’est «l’unique moyen de faire revenir le client», ajoute-t-il.

 

Ainsi les acteurs locaux figurent-ils parmi les clients de l’entreprise au même titre que les grands transitaires européens. Selon H. Hinrichs l’avantage concurrentiel d’Ocean Five réside dans le fait qu’elle ne se contente pas de relayer un taux, elle procure bien plus un aperçu du marché à ses clients. «Nous attachons une grande importance à parcourir le mille supplémentaire en termes de service», car même si les clients y réfléchissent à deux fois avant d’opter pour un fournisseur plutôt qu’un autre, ils sont nombreux à apprécier la qualité du service et à payer un tarif plus élevé pour l’obtenir. Cette vision des choses n’est pas le fruit du hasard, H. Hinrichs ayant lui-même forgé son expérience à travers tous les échelons du métier. «J’ai moi-même travaillé dans le service opérations et affrètement d’un armateur, et j’ai de l’expérience dans le secteur transport et expédition. Je connais les besoins de mes clients», souligne-t-il avec assurance. Les petits détails ont leur importance. Ainsi lui arrive-t-il parfois de mettre lui-même la main à la pâte lorsqu’il s’agit de traiter des listes de colisage et des désignations de transport pour éviter d’éventuels problèmes en amont.

 

Expansion et nouveau modèle

H. Hinrichs a des projets plein la tête pour son entreprise en 2015. Pour commencer, Ocean Five va se développer cette année, et recruter du personnel supplémentaire. Elle envisage aussi une coopération avec une société indonésienne. Des antennes à Singapour et Djakarta permettront de répondre encore mieux à la demande du marché de l’Asie du sud-est. Le site joue naturellement un rôle essentiel, mais la stratégie va plus loin. «Cette région est très importante pour nous», indique le gérant. «Même s’il s’y passe beaucoup de choses, il serait malhabile de s’y limiter. Nous sommes actifs à l’échelle internationale.» Il est certain que 2015 ne sera pas une année monotone pour Ocean Five.       

 

 

 

 

 

Nouvelles connexes