Heavylift / Breakbulk

  • Les dirigeables: un vent nouveau surtout dans le secteur fret lourd.

09.05.2016 Auteur : Andreas Haug


Artikel Nummer: 14540

Renaissance d’un vieux rêve

Tous les débuts sont difficiles, ont dû se dire bien souvent les constructeurs britanniques d’Hybrid Air Vehicles depuis la création de leur entreprise il y a dix ans. Avec la commande de la britannique Straightline Aviation, en mars, il semblerait pourtant que la percée ait eu lieu pour l’usage civil d’une technologie combinant divers éléments de l’avion, de l’hélicoptère et du dirigeable.


Certains lecteurs se souviendront sans doute de cette forme de «derrière bombé». Il y a quatre ans et demi (cf. ITJ 49-52/2011, Spécial page 21) le dirigeable commercialisé à l’époque avec l’entreprise d’aviation et d’armement Northrop Grumman avait fait grand bruit dans l’armée états-unienne. Après la révision du budget de la Défense 2013, le projet a pourtant été écarté et Discovery Air Innovations, une société privée qui avait envisagé de le mettre à profit dans le cadre de l’exploration gazière et pétrolière dans l’inhospitalier Nord canadien, s’était désintéressée de l’investissement en 2012. Ce qui n’a pas affecté ses créateurs: ils ont racheté le matériel pour environ 1% du prix d’origine (300 000 USD), poursuivi son élaboration avec Lockheed Martin et fêté en 2014 la renaissance de leur dirigeable baptisé Airlander 10.

 

Son nom donne une indication de ses caractéristiques: doté d’une charge utile de 10 t dans un premier temps (le modèle supérieur du nom d’Airlander 50 est déjà prévu), ce qui constitue déjà l’aéronef le plus long du monde (91 x 34 m) devrait pouvoir rester dans les airs pendant trois semaines consécutives et idéalement compléter les divers modes de transport. Tandis que la vitesse du dirigeable, 150  km/h, est inférieure à celle de l’hélicoptère ou de l’avion, il est plus économe (voir ci-dessus) dans des environnements dans lesquels des chargements lourds et encombrants ne peuvent que difficilement ou pas être pris en charge. Straightline Aviation compte bien «modifier drastiquement» l’univers du transport de fret aérien grâce à ses douze unités de 480 M. d’USD dès 2018.   

 

 

 

Nouvelles connexes