Heavylift / Breakbulk

  • Positionner 900 t à la verticale.

07.12.2016 Auteur : André Ballin


Artikel Nummer: 17081

Tigres sibériens

La construction d’un énorme site pétrochimique à Tobolsk est un défi logistique pour le groupe Sibur. André Ballin, correspondant de l’ITJ, a assisté au transport des éléments les plus lourds.


 

C’est à plus de 100 m de haut que la charge s’élève dans le ciel maussade du mois d’octobre. La grue du spécialiste néerlandais de la manutention de fret lourd Mammoet a soulevé le module pesant environ 900 t et essaie maintenant de le positionner à la verticale. L’ajustement prend environ trois heures. L’énorme tuyau en acier finit par trouver sa position définitive. «Jusqu’ici nous avons monté 114 installations, dont 23 unités composées d’engins très lourds», explique Denis Tarabarov, responsable du montage. Le poids total des installations lourdes livrées et montées jusqu’à présent atteint 5400 t. Les deux diviseurs de débit C3 nécessaires à la production de polymères mesurent chacun 106 m de long, ont un diamètre de 6,80 m et sont les éléments les plus lourds avec 917 t chacun. La procédure de levage et de positionnement constitue pour eux la fin d’un voyage de quatre mois. Il était temps car à Tobolsk l’hiver commence en octobre. Peu après la Sibérie est recouverte de plusieurs mètres de neige et le fleuve Irtych gèle. Le site chimique Zapsibneftekhim ne peut alors plus être rejoint par des transports de charges lourdes. Pour cette raison, le prestataire de services logistiques Deugro Project a mis trois ans pour la planification et la préparation du transport spécial.

 

De la Corée du Sud sur les fleuves via Kirkenes

Le transport a commencé en Corée du Sud où une grande partie des équipements ont été construits. Les cinq plus grands modules ont été embarqués en juin au port d’Ulsan. Un navire spécial de la classe arctique 4, équipé de deux grues de bord pour colis lourds, a chargé les tuyaux. «Via l’océan Indien et l’océan Atlantique, le fret a été acheminé jusqu’au port norvégien de Kirkenes. C’est là que les marchandises ont été transbordées sur quatre cargos et tractés via le golfe de l’Ob sur le fleuve Irtych jusqu’au port de Tobolsk», explique Roman Maximov, responsable du département transport terrestre de colis lourds de Zapsibneftekhim. Pendant la saison 2016 de la navigation en Arctique, limitée dans le temps, environ 60 000 t d’équipements lourds ont été expédiés par voie maritime vers la Sibérie, et ce depuis la Chine, le Japon, la Corée du Sud, mais aussi depuis l’Allemagne et l’Italie. L’institut russe central de recherche marine, Belfreight, Morwenna Shipping Company et l’Ob-Irrtysch-River Shipping Company ont contribué à la logistique concernant le tronçon maritime et fluvial alors que Mammoet était chargé du tronçon terrestre.

 

Le transport maritime a duré environ deux mois. En août, les marchandises ont été débarquées au port de Tobolsk par deux grues à chenilles d’une capacité de levage de resp. 1250 t et 750 t. Il a ensuite fallu trois jours pour franchir les quelque 28 km entre le port et le chantier. On a utilisé pour ce faire deux véhicules modulaires ayant chacun 16 essieux pour colis lourds. Vu la longueur hors norme du chargement, le transport s’est fait à une vitesse de tout juste 1,5 km par heure. D’autres modules ont été acheminés jusqu’à fin novembre, du port au chantier. Il y aura encore quelques transports de colis lourds en 2017, mais le plus gros a été fait avec ces deux diviseurs de débit.   

 

Nouvelles connexes