Heavylift / Breakbulk

  • Steder bénéficie d’avantages grâce à ses équipements sur place.

09.09.2015 Auteur : Christian Doepgen


Artikel Nummer: 11463

Partout le même niveau

Le choix des sites peut avoir des avantages considérables dans le cadre de la compétition pour emporter des contrats de project cargo. En même temps, le déploiement doit se traduire pour le client par un niveau de qualité évaluable. Lors d’une interview accordée à Christian Doepgen de l’ITJ, Peter van Nieuwkasteele a expliqué comment le groupe Steder des Pays-Bas procède dans ce domaine.


Peter, un fait est remarquable: le réseau de sites couvre la région Emea.

C’est vrai que les sites de Constanta, Djibouti et Dubaï s’ajoutent à ceux de Rotterdam et d’Anvers pour couvrir cette région. Mais cela ne limite aucunement notre champ d’action mondial.

 

Je suppose que le petit Djibouti à la Corne de l’Afrique permet de desservir toute l’Afrique de l’Est.

Nous utilisons surtout le corridor de Djibouti vers l’Éthiopie. Neuf sur dix ordres de transport vont effectivement vers cette région, car nous y enregistrons un redressement économique. Avec l’aide notamment d’investisseurs internationaux tels que le FMI de nombreux projets sont boostés. Nous décrochons suffisamment d’ordres de transport puisque 80 à 90% de nos capacités sont exploitées.

 

Depuis quand Steder y est-il présent?

Au début des années 1990 nous avons commencé comme maison d’expédition. Nous entretenons d’étroits liens avec l’Éthiopie, entre autres en qualité d’agent d’Ethiopian Shipping Lines aux Pays-Bas. Pendant huit ans, nous avons géré un service de ligne de la Turquie et de la mer Noire vers Djibouti. À la suite des remous dans le pays, nous avons finalement créé notre propre site à Djibouti en 2011. Nous avons beaucoup investi dans nos propres équipements, dans un premier temps dans sept remorques avec tracteurs. Pour l’Ashegoda Windfarm, notre premier gros projet, nous avons transporté 54 WTG de Djibouti en Éthiopie.

 

En 2015, nous sommes devenus une société spécialisée dans les charges lourdes pour transports exceptionnels. Nos 23 remorques avec tracteurs vont bientôt être complétées par 15 unités de plus, ce qui nous permettra de transporter du fret de jusqu’à 300 t.

 

Quels défis particuliers devez-vous y relever?

Les routes sont très exigeantes. Nous devons par exemple grimper des pentes de 12% avec 200 t. Les pneus sont ainsi nos plus gros coûts opérationnels. Tous les convois sont en outre accompagnés de véhicules de maintenance.

 

Quel transport vous a rendu particulièrement fier en 2015?

En juillet, nous avons achevé le transport de six transformateurs. Il s’est agi de quatre modules de 98 t et de deux de 117 t. Les derniers mesuraient 5,2 m de haut. Après le transbordement dans le port, nous avons transporté les transformateurs à Gebre Guracho et Chancho en Éthiopie, soit à plus de 1000 km de Djibouti. Le projet a été réalisé dans les délais malgré la saison des pluies qui a rendu les pistes difficilement praticables.

 

Changeons d’endroit. Pourquoi avoir choisi Constanta?

Nous utilisons la ville portuaire roumaine comme hub pour les ordres de transport concernant toute la région, car en mer Noire et en mer Caspienne de nouveaux champs pétroliers et gaziers sont mis en valeur.

 

La crise des matières premières n’a pas d’impact sur cette activité?

Jusqu’ici nous n’enregistrons pas de baisse de la demande dans les secteurs pétrole et gaz. Les projets en cours sont poursuivis, le forage et le dragage également. Il y a bien sûr une pression sur les marges, mais c’est le quotidien des affaires.

 

Y avez-vous aussi vos propres actifs?

Non, vu l’offre locale nous n’avons p. ex. pas de propres navires. Nos neuf collègues présents à Constanta depuis 2012 s’occupent du bon déroulement des opérations et pilotent les projets.

 

Quels y sont les clients de Steder?

Le point fort de nos activités c’est la clientèle internationale ayant un site à Constanta. Le nombre élevé d’acteurs néerlandais sur le marché nous arrange bien.

 

Quels sont les défis à Constanta?

Nous sommes partiellement dépendants des voies navigables russes, p. ex. pour des contrats dans la région de la mer Noire. En fonction de la météo ces voies navigables ne sont pas disponibles, ce qui entraîne beaucoup d’efforts en matière de planification. Mais c’est faisable: récemment nous avons transporté une turbine à gaz démontée dont les pièces venaient de Norvège, d’Italie et d’Estonie, en tout 1204 m3 de fret. Regroupées à Constanta, les pièces devaient être acheminées à Turkmenbachy au Turkménistan via la mer d’Azov et Rostov. Depuis la Roumanie, nous gérons aussi des projets vers l’outre-mer, p. ex. récemment des équipements de pelleteuse vers la Caraïbe, dans un créneau de seulement trois semaines.

 

Quel rôle joue le site de Dubaï?

Nous y sommes depuis quelque temps et avons suivi dans un premier temps le projet d’un client. Depuis douze ans, nous y exploitons un bureau situé aujourd’hui dans le Dubai Cargo Village. Le fret aérien y est prioritaire, mais nous sommes en train de développer le secteur fret maritime.

 

Le site a une importance stratégique pour Steder. Avez-vous d’autres projets allant au delà des cinq sites actuels?

Nous prévoyons en effet d’agrandir notre réseau. Le stade actuel de la planification ne nous permet pourtant pas d’en dire davantage pour l’instant.

 

Quelle est la philosophie d’entreprise?

Au quartier général, nous avons nos propres départements charter nous permettant de couvrir tout l’éventail des prestations de services avec l’expédition et la logistique projets. Il n’est pas nécessaire d’inclure un prestataire 3PL. Nous misons sur des offres complètes, des solutions in-house et nos propres actifs.

 

Un tel éventail demande du personnel. Quels sont les effectifs de Steder?

Au quartier général à Rotterdam nous comptons 95 collaborateurs auxquels s’ajoutent 65 sur nos sites internationaux, Anvers compris. En font aussi partie le personnel de notre entrepôt sous douane, les grutiers etc.

 

En quoi Steder se distingue-t-il des autres acteurs du marché?

Nous offrons des prestations correspondant à celles de notre QG de Rotterdam, quel que soit l’endroit où est exécuté le contrat. C’est certes fastidieux, mais une recette de succès.

 

 

 

Nouvelles connexes