News

  • Khorgos se plie en quatre pour les trains de conteneurs.

07.08.2018 Auteur : Christian Doepgen


Artikel Nummer: 23937

Offre transcaspienne

Le pont terrestre eurasien a progressé en 2018: à Khorgos–Altynkol, les volumes de transbordement se sont améliorés en trafic ferroviaire de conteneurs, tout comme les échanges de données. FELB et PKP préparent en outre le premier train transcaspien.


  

Le poste frontière sino-kazakh Khorgos–Altynkol est parfois qualifié de «plus grand port sec du monde», ce qui est probablement exagéré. Les chiffres publiés par les Chemins de fret d’État kazakhs (KTZ) sur les transports via cette plaque tournante permettent toutefois d’être optimiste. C’est ainsi que les conteneurs en transit via Khorgos ont augmenté de 52% au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période de 2017.

 

Les trafics internationaux via le territoire kazakh ont eux aussi progressé pour atteindre 1861 trains et env. 180 000 TEU, alors que le volume de transport total de KTZ est resté presque stable avec 122 M. de t (T1 de 2017: 128 M. de t). D’ici 2020, le volume de boîtes Chine–Europe devrait atteindre 800 000 TEU.

 

De nouvelles routes devraient y contribuer. En coopération avec Far East Land Bridge (FELB), la polonaise PKP LHS organise le premier transport de conteneurs sur la route transcaspienne de Slav­kov en Silésie à Urumqi dans l’ouest de la Chine. L’objectif du projet est de tester le corridor central de la route internationale TransCaspian International Transport Route (TMTM) de la Chine à Slavkov via le Kazakhstan, la mer Caspienne, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la mer Noire et l’Ukraine. À Slavkov se trouve le terminal de transbordement le plus à l’ouest de la ligne à écartement large. Ce terminal a actuellement une capacité de quelque 280 000 TEU.

 

Wilhelm Patzner, président du directoire de FELB, estime que la nouvelle route répond à la demande croissante en matière d’exportation de produits alimentaires de l’Europe vers la Chine: «Des kiwis italiens ou des pommes polonaises, de la viande ou des produits de confiserie de toute l’Europe peuvent être transportés en moins de 20 jours vers la Chine.»

 

 

Davantage de potentiel en 2018

Le point culminant du volume de transport n’est pourtant pas encore atteint. Selon Sagyndyk Zhumabayev, directeur du marketing de KTZ, env. sept trains de conteneurs par jour ont été accueillis depuis début 2018 à Khorgos: «Mais en haute saison, soit au quatrième trimestre, nous nous attendons à 14–16 trains/jour.» KTZ annonce une amélioration: la distance quotidienne parcourue par les trains de conteneurs sur le territoire kazakh est actuellement en moyenne de 941 km, soit 53 km de plus qu’en 2017.

 

 

Flux d’informations plus rapide

Il ne s’agit pas seulement d’accroître la vitesse en surface. Le remplacement de câbles en cuivre par des fibres optiques entre Altynkol et Khorgos a nettement accéléré les échanges d’informations et l’établissement de documents d’expédition à la frontière. Zhandos Untakbayev, responsable du poste frontière d’Altynkol, déclare qu’aujourd’hui les informations sont transmises 30 fois plus rapidement qu’autrefois. Le délai de traitement d’un train de conteneurs, qui est en moyenne de trois heures et 55 minutes, pourrait donc baisser encore davantage.