News

20.02.2013

Artikel Nummer: 49

A bâtons rompus avec Steve Gunning et Juan Ignacio Díez Barturen, IAG Cargo - De l’optimisme malgré l’incertitude

IAG Cargo Ltd, la compagnie fret de l’International Airlines Group (IAG) formée par Iberia et British Airways (avec BMI), a elle aussi connu une année riche en rebondissements. Ses deux patrons, le Britannique Steve Gunning (à gauche) et l’Espagnol Juan Ignacio Díez Barturen (à droite), ont évoqué pour l’ITJ les premiers mois en commun et les perspectives et projets pour la nouvelle année.


2012 a été riche en événements. Quelle a été l’influence sur la marche des affaires d’événements d’envergure mondiale tels que les Jeux Olympiques de Londres?

Steve Gunning: Pour nous, les Jeux Olympiques n’ont pratiquement pas eu d’effet. Ils n’ont n’y fait augmenter ni fait baisser notre volume de transport. Il y a un autre événement qui a influencé le secteur du fret, l’ouragan Sandy. Ses effets ont toutefois été moins importants que nous le craignions, car nous avons pu détourner des flux de marchandises vers d’autres plaques tournantes en Amérique. Nous sommes heureux de pouvoir nous appuyer sur un des meilleurs réseaux de liaisons directes vers l’Amérique du Nord. J’apprécie également beaucoup l’excellent travail de notre personnel au sol qui a réussi à résorber en deux/trois jours les bouchons dus à cette catastrophe.

 

Messieurs, quels sont, à votre avis, les plus gros défis posés actuellement à la branche globale du trafic fret aérien?

S. Gunning: C’est une grande question! En un seul mot l’«incertitude», surtout en matière économique. Il y a par exemple le «mur budgétaire» aux Etats-Unis (Ndlr: ce terme a été désigné non-mot de l’année aux USA et signifie une réduction des dépenses de l’Etat accompagnée d’une augmentation des impôts. Entre-temps, le congrès US a trouvé un compromis) et le fait que l’Europe ne soit pas encore tirée d’affaire. Nous pouvons certes essayer d’appliquer une tactique à court terme ou d’élaborer une stratégie à long terme, mais tout cela est rendu plus difficile par telle ou telle décision politique dont nous ne connaissons pas l’impact.

Juan Ignacio Díez Barturen: J’oppose à cette incertitude, à ce flou, les aspects positifs de nos activités conjointes au sein d’IAG Cargo, grâce auxquelles nous sommes mieux positionnés. Notre marché est devenu plus grand et en cas de besoin nous pouvons combler des lacunes ici et là. Nous avons désormais des possibilités beaucoup plus variées pour réagir à telle ou telle tendance négative. Ce qui nous donne une certaine sécurité.

S. Gunning: C’est effectivement un point important. Notre réseau est désormais beaucoup plus robuste et il l’a prouvé ces 20 derniers mois lorsqu’un marché a parfois faibli alors qu’un autre est devenu plus fort. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de mieux compenser de tels développements.

 

Dans quelle mesure le regroupement de deux compagnies aériennes traditionnelles permet-il de mieux répondre aux défis que les alliances aériennes?

S. Gunning: Je pense que nos activités communes offrent tout simplement ce qui manque aux simples partenaires et alliances, à savoir l’infrastructure nécessaire, en particulier dans le secteur fret. Nous avons un seul réseau et un seul système de réservation. Parvenir à ce stade-là n’a pas été simple et a demandé à tous des efforts d’apprentissage, mais aujourd’hui nous sommes prêts à croître. C’est notamment le système de gestion des revenus d’Iberia qui nous permettra d’accueillir de nouveaux membres au sein d’IAG.

 

Pouvez-nous nous fournir des noms?

S. Gunning: Je puis uniquement confirmer des entretiens exploratoires.

J. I. Díez Barturen: J’aimerais seulement vous rappeler le «G» dans notre nom...

S. Gunning: C’est formidable de regrouper Iberia et British Airways pour en faire le septième carrier fret du monde. Notre stratégie va pourtant plus loin. L’intégration de BMI a été un test concluant, mais nous avons d’autres ambitions!

 

En Espagne, certains affirment que la création d’IAG n’a pas été la fusion de partenaires égaux, mais s’est avérée être une reprise d’Iberia par British Airways. Qu’en dites-vous? (rires des deux managers)

J. I. Díez Barturen: Après vous Steve, je suis un homme poli!

S. Gunning: Merci. Cette critique n’est pas justifiée, ainsi que le prouve la composition paritaire du directoire d’IAG. Dans le secteur fret, British Airways était simplement trois fois plus grande qu’Iberia. Aujourd’hui, nous essayons de tirer profit des points forts respectifs.

J. I. Díez Barturen: La taille est bien sûr un facteur non négligeable. Puisque nous pouvons intégrer ce que faisons de mieux dans IAG Cargo, j’estime que la situation est équilibrée.

 

 

Chengdu, nouvelle destination en Chine

IAG Cargo offrira à partir du  22 septembre une liaison assurée trois fois par semaine en B777 entre Londres et la région de Chengdu, une zone en pleine croissance dans le sud-ouest de la Chine.

 

www.iagcargo.com

 

Nouvelles connexes