News

  • MOL, K Line et NYK ont enregistré des résultats divergents en 2012.

07.05.2013 Auteur : Antje Veregge


Artikel Nummer: 1749

Caps divergents pour les Japonais

Fin mars 2013, les trois grands armements japonais MOL, K Line et NYK ont clôturé l’exercice 2012. Leurs résultats sont très mitigés.


Pour l’armement MOL, l’exercice écoulé n’a pas été un succès financièrement parlant. La compagnie a en effet essuyé une perte pour la deuxième année consécutive. Alors qu’en 2011 la perte atteignait 26 milliards de JPY (267 M. d’USD), elle a grimpé à 178,8 milliards de JPY (1,9 milliard d’USD) pendant l’exercice 2012. Au dire de MOL, un vaste programme de restructuration coûtant environ 1 milliard d’USD et des conditions de marché défavorables sont les principaux responsables de ce développement décevant. Le chiffre d’affaires total de l’entreprise a grimpé à 16 milliards d’USD, ce qui correspond tout de même à un mieux de 5,2% par rapport à l’exercice précédent.

Le secteur conteneurs a connu un redressement par rapport à l’exercice 2011. A l’époque la perte a été de 307 M. d’USD alors qu’en 2012 l’armement a réussi à ramener le déficit à 115 M. d’USD. Il explique cette amélioration par la pratique croissante du slow steaming et par une réduction du nombre de départs.

En ce qui concerne l’exercice en cours, la compagnie japonaise  s’attend pour l’ensemble de ses activités à un bénéfice tournant autour de 514 M. d’USD.

Au cours de l’exercice 2012, K Line a réussi à sortir du rouge dans lequel il est tombé en 2011. Le résultat net du groupe a atteint 10,7 milliards de JPY (113,4 M. d’USD) alors que l’année précédente la compagnie avait encore essuyé une perte de 41 milliards de JPY (422 M. d’USD). Selon la compagnie maritime, ce revirement est imputable à un programme très strict de maîtrise des coûts. Le secteur conteneurs a enregistré un bénéfice de 68 M. d’USD, ce qui correspond à une très nette amélioration par rapport à la perte de 396 M. d’USD subie en 2011.

Tout comme MOL, K Line explique ce développement par une série  de mesures d’augmentation de l’efficacité, par exemple l’utilisation de navires plus grands, la suppression de quelques services, le slow steaming et des tentatives visant à faire grimper le niveau des taux de fret.

 

NYK profite de la diversification

Parmi les trois grands armements japonais, c’est NYK qui s’en tire le mieux au point de vue des résultats financiers. Le concurrent de MOL et de K Line a réalisé un bénéfice de 18,8 milliards de JPY (193 M. d’USD) au terme de l’exercice 2012. En 2011, NYK avait encore subi une perte de 72,8 milliards de JPY (748 M. d’USD).

NYK, qui dispose d’une flotte plus variée que MOL et K Line, a pu profiter de la bonne marche des affaires dans le secteur vraquier. L’évolution positive a aussi concerné le secteur lucratif des transports d’automobiles et la flotte spécialisée dans le transport de gaz liquéfié.

Le secteur conteneurs n’a pas été très réjouissant pour NYK au point de vue financier. L’armement a tout de même réussi à faire retomber la perte de 44,7 milliards de JPY (459 M. d’USD) en 2011 à 9,4 milliards de JPY (96,6 M. d’USD) au cours de l’exercice écoulé. 

    

www.kline.com

 

www.mol.co.jp

 

www.nyk.com

 

 

 

Nouvelles connexes