News

  • Le GNL conquiert l’Extrême-Orient russe.

19.09.2018 Auteur : Christian Doepgen


Artikel Nummer: 24528

Une transition concertée

Vu les contraintes écologiques plus sévères en matière de carburants, le shipping japonais mise sur le GNL. Ce sont notamment les trois grands carriers qui font avancer les choses, surtout dans l’Extrême-Orient russe.


 

Pour les Japonais, l’avenir appartient au GNL comme carburant et cela se traduit par de nombreux projets. C’est ainsi qu’au début de l’été les carriers K Line et NYK se sont alliés à Chubu Electric Power et Toyota Tsusho Corporation pour mettre l’approvisionnement en GNL au Japon sur une nouvelle base. Les quatre partenaires, qui négocient depuis janvier 2018, ont créé récemment deux joint-ventures pour l’exploitation de transporteurs de GNL afin de promouvoir la nouvelle activité «ship-to-ship bunkering».

 

 

Miser sur le GNL dans l’Extrême-Orient russe

Compte tenu de ses émissions plus faibles de substances nocives et de gaz à effets de serre, on s’attend à ce que le GNL devienne une alternative importante par rapport au fioul lourd. C’est justement dans ce domaine international que le troisième grand armement japonais, MOL, projette de se lancer. Début septembre, MOL et Marubeni Corporation, Tokyo, ont ainsi conclu un accord de coopération avec le programme japonais de promotion des investissements en Extrême-Orient (Japanese Project Promotion Vehicle ou JPPV), Vladivostok. Le JPPV a été fondé en mars 2018 conjointement par la Banque Japonaise de coopération internationale, l’Agence des investissements et des exportations en Extrême-Orient et le Fonds de développement de la région du Baïkal pour la promotion des investissements japonais en Russie. L’accord vise à faciliter la construction de terminaux GNL en Extrême-Orient.

 

À cet effet, MOL et Marubeni ont aussi signé une déclaration d’intention avec la société russe de production et de vente de gaz PAO Novatek. Il s’agit dans un premier temps d’effectuer une étude de faisabilité conjointe portant sur la construction d’un complexe de transbordement et de commercialisation de GNL sur la presqu’île de Kamtchaka.

 

 

Le trio des carriers de GNL bientôt complet

Les choses progressent aussi à un autre niveau. Début septembre a eu lieu le baptême d’un brise-glace et transporteur de GNL commandé conjointement par MOL et China Cosco Shipping. Cette unité construite sur le chantier naval sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (capacité de chargement: 172 000 m3) a été baptisé par Irina Ershova de PAO Novatek, principal actionnaire du projet GNL de Yamal, du nom de Vladimir Vize en l’honneur de l’explorateur russe des pôles et océanologue. Le Vladimir Vize est le navire jumeau du Vladimir Rusanov mis en service fin mars 2018. Un troisième navire identique est en voie de construction. Les bâtiments en question transporteront du GNL pour le projet Yamal dans le cadre d’un contrat d’affrètement à long terme.

 

Quatre transporteurs conventionnels de GNL, également destinés au projet Yamal, seront achevés l’année prochaine et en 2020. Il n’y a pas de doute: MOL veut aller au fond de choses et savoir à tout prix ce que peut apporter le GNL.