News

  • Heureux d’avoir pu se mettre d’accord: M. Bubendorf (à g.) et M. Fausel.

27.07.2017 Auteur : Christian Doepgen


Artikel Nummer: 19578

Un transfert logique

Le modèle d’affaires des agences maritimes a beaucoup changé au cours de ces dernières années. Il peut toutefois fonctionner en Suisse ainsi que le prouve un accord récent entre Ozean et Agility, la société mère de Natural Shipping, sur la reprise de la représentation d’ACL. Michael Bubendorf et Marek Fausel en ont parlé avec Christian Doepgen.


 

Messieurs, félicitations pour l’accord conclu concernant la cession par Natural Shipping de la représentation d’ACL à Ozean. Comment est-ce arrivé?

M. Fausel: Nous avons cherché pour Natural Shipping à entrer en contact avec Ozean Brokerage & Shipping et avons immédiatement éveillé son intérêt pour la représentation d’ACL.

 

M. Bubendorf: Représentant actif de Grimaldi, nous sommes heureux d’intégrer ACL dans notre portefeuille comme huitième principal. Nous serons officiellement opérationnels le 1er août.

 

 

Quels sont les termes de l’accord?

M. Fausel: Nous souhaitions une solution satisfaisante pour le marché, l’armement et les salariés. C’est fait.

 

M. Bubendorf: Franco Forlin et ses collègues font bénéficier notre équipe d’une expertise supplémentaire et avec ACL nous n’avons heureusement aucun conflit avec un autre principal.

 

 

Dans quel contexte faut-il placer cette décision de représenter l’armement?

M. Bubendorf: La pression augmente. Compte tenu de la baisse des taux de fret, le modèle d’affaires est dépendant de l’efficacité et de synergies.

 

M. Fausel: Agility veut se concentrer sur ses activités clés, les services maritimes, aériens, terrestres et logistiques. Dans notre approche stratégique, la spécialisation sur des solutions pour branches (pharma, alimentation, commerce de détail et machines) est prioritaire.

 

 

Le marché a-t-il changé?

M. Fausel: La faillite de Hanjin a montré la volatilité du marché et le regroupement d’armements a aussi eu des effets sur les agents.

 

M. Bubendorf: Il y a eu trois réactions: certains armements ont ouvert une propre agence, d’autres ont complètement abandonné le modèle et le troisième groupe a confié l’activité à un professionnel externe.

 

 

Comment a réagi l’armateur?

M. Bubendorf: Nous étions prêts à faire des concessions vis-à-vis de l’armement côté ajustement de la provision. En échange, le contingent accordé a été augmenté et doublera même d’ici au 1er août.

 

M. Fausel: Nous avons toujours pu exploiter pleinement la capacité disponible et prévoyons une hausse constante de la demande.

 

 

De quel type de cargaison s’agit-il?

M. Bubendorf: De cargaison de valeur et diversifiée, par exemple des reefers, des marchandises diverses etc. Pour un petit pays tel que la Suisse, nous gérons une partie proportionnellement élevée du volume de fret de cet armement.

 

M. Fausel: Cet exemple montre que la Suisse demeure un pays d’agents. Il y a longtemps eu des doutes à ce propos.

 

 

Quel profil cela donne-t-il à Ozean?

M. Bubendorf: Ozean offre aujourd’hui une couverture mondiale avec des acteurs de niche. Avec effet au 1er août 2016, nous avons repris par ex. la représentation de Stream Lines. Les clients profitent bien sûr d’un nombre réduit d’interlocuteurs.

 

M. Fausel: Nous nous réjouissons que nos collègues rejoignent un environnement productif et que la continuité au niveau du personnel contribuera à améliorer les possibilités offertes aux acteurs du marché.

 

 

En ce qui concerne la due diligence vous avez pris une décision étonnamment rapide. Sur quelle base?

M. Bubendorf: Nous avons eu l’opportunité d’accroître notre portefeuille et notre équipe. Pourquoi hésiter si en plus nous avons des atomes crochus?

 

M. Fausel: La solution paraît logique pour tous, y compris pour l’armement. Ce qui a rendu possible un accord à l’amiable, un «friendly handover», en peu de temps.

 

Nouvelles connexes