News

20.02.2013

Artikel Nummer: 47

Statistiques transport et commerce de l’OCDE - Inquiétudes au Brésil

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a étudié le développement du commerce brésilien au cours du deuxième trimestre 2012. Compte tenu de la baisse du volume de fret aérien, la sixième économie du monde a de quoi se faire du souci. Pour ne rien arranger, les clients critiquent aussi les aéroports du pays.


L’OCDE vient de publier un portrait rapide de l’état actuel de l’économie brésilienne. L’étude en question s’appuie sur des données arrêtées en août 2012 et indique que la situation économique demeure incertaine. Alors que les échanges commerciaux via les ports s’avèrent florissants et dépassent de 13% le niveau de 2009, les échanges commerciaux avec les pays voisins ayant emprunté la route ou le rail ont, eux, baissé de respectivement 15% et 38%.

Le fret aérien, considéré comme baromètre conjoncturel, cause encore bien plus de soucis puisque son volume a fléchi de 5%. Tant les importations (4%) que les exportations par voie aérienne (–11%) sont en effet inférieures aux résultats de juin 2008 et reflètent pour l’OCDE, une «demande faible au niveau national et international».

S’y ajoute que les infrastructures aéroportuaires sont mal préparées au traitement  de volume de fret aérien supplémentaire. La carence en entrepôts et en installations pour la manutention de fret périssable suscite régulièrement la grogne des usagers. Ces derniers en ont eu complètement assez lorsqu’en octobre la seule piste de l’aéroport de Viracopos, le second aéroport fret du pays, a été bloquée pendant deux jours après l’accident d’un MD-11 de la compagnie fret US Centurion Cargo (cf. ITJ 43–44/2012, page 32).

 

 

 

www.internationaltransportforum.org

 

Nouvelles connexes