Service

24.01.2017 Auteur : Andreas Haug


Artikel Nummer: 17544

05-06/2017 Bien armé?


 

Ce sont exactement 3391 armes à poing qui ont été trouvées en 2016 pendant des contrôles de routine sur les aéroports états-uniens. Cela correspond à une hausse de 28% par rapport à 2015 et à un nouveau «record». En d’autres termes, neuf armes par jour ont été découvertes dont presque huit chargées. 238 sites aéroportuaires répartis dans le pays tout entier ont porté plainte contre ces bagages à main incongrus interdits dans tous les États US, même dans ceux dont la législation en matière d’armes est la plus libérale. Atlanta qui a reporté 198 cas, Dallas-Fort Worth (192) et Houston (128) sont en tête de liste. À noter que le top ten contient avec Denver (98) un seul aéroport d’un État US (en l’occurrence le Colorado) dont la majorité n’a pas voté pour Donald Trump lors des élections présidentielles.

 

Le 18 janvier, deux jours avant l’investiture de ce dernier, a été fêté le 60e anniversaire du premier vol autour du monde sans escale. Le protagoniste de cet événement marquant de l’histoire du trafic aérien a été une arme beaucoup plus grande, un bombardier à long rayon d’action de type B-52. Grâce au ravitaillement en vol, cet appareil a effectué un trajet de 40 000 km en 45 heures et 19 minutes. La version actuelle de cette «forteresse stratosphérique» à huit réacteurs, le B-52H – l’avion est en effet encore produit et utilisé – a un rayon d’action d’environ 14 000 km sans ravitaillement en vol. Il dispose pour cela de 181 000 l de carburant. C’est vraiment beaucoup, certes, mais le pétrole n’est plus aussi cher. En matière d’environnement, le 45e Président des États-Unis n’exclut plus complètement un rapport entre les activités humaines et le réchauffement climatique. C’est sans doute insuffisant pour faire passer comme «blague» son ancienne affirmation selon laquelle la Chine a uniquement inventé le changement climatique pour déstabiliser l’économie US.

 

Lors du récent forum économique mondial à Davos, le Président chinois Xi Jinping s’est en tout cas positionné comme adversaire de Donald Trump en déclarant qu’il maintiendra les objectifs climatiques fixés en 2014 avec son prédécesseur Barack Obama. En dépit de la détérioration des conditions économiques en Chine, cela reflète une certaine fierté. C’est une qualité attribuée en général également au coq, l’animal qui donne son nom à la nouvelle année chinoise qui commence le 28 janvier.

 

Nous en profitons pour souhaiter une bonne et heureuse année du Coq... et passionnante lecture!

 

Andreas Haug
Rédacteur Trafic aérien

 

 

 

Nouvelles connexes