Service

09.03.2017 Auteur : Rüdiger Frisch


Artikel Nummer: 18138

11-12/2017 Le savoir-faire existe


 

Ces dernières années, les livraisons en trafic routier ont fortement augmenté, également sur le dernier kilomètre. Les moteurs à combustion commencent pourtant à poser un problème en raison de la pollution atmosphérique. Des véhicules électriques à batterie (e-camion) permettraient d’y remédier. Des tests ont lieu, mais guère davantage: récemment le gérant d’une PME logistique allemande a fait part de ses déboires. Il souhaitait acquérir un camion électrique, mais les négociants locaux ne pouvaient pas (encore) lui en proposer. Après avoir contacté directement les producteurs... il est retourné chez le négociant local.

 

Sur le dernier kilomètre, le transport électrique est possible, par ex. lorsqu’un prestataire devient constructeur. La Deutsche Post n’ayant pas réussi à se faire entendre par les producteurs de véhicules de livraison, elle a repris en 2014 un constructeur de véhicules de livraison électriques. Aujourd’hui, elle en exploite 2000, la plupart en Allemagne, avec un rayon d’action de 80 km. Le savoir-faire existe aussi pour les camions. Depuis 2014, 18 e-camions opèrent pour Coop, Lidl et Rewe en trafic de zone courte. Produits par la société suisse E-Force, qui équipe des camions Iveco d’un moteur électrique et de batteries, ces véhicule ont un rayon d’action de 300 km, ce qui n’est pas rien. La néerlandaise Emoss et la société US Smith ont des offres comparables.

 

L’expérience montre que financièrement parlant les véhicules électriques sont compétitifs par rapport à la variante diesel, en outre ils ne seraient pas touchés par l’interdiction des véhicules diesel dont il est question. Un grand constructeur a annoncé des e-camions pour fin 2018, un autre pour 2020. Nous verrons bien.

 

Rüdiger Frisch
Rédacteur

 

 

 

Nouvelles connexes