Service

28.09.2015

Artikel Nummer: 11690

39-40 2015 Trop de drames?


Pour la deuxième fois cette année, les Grecs ont élu leur parlement le 20 septembre – du moins 55% de l’électorat, autrement dit aussi peu que jamais depuis la réintroduction de la démocratie en 1974. Et une fois de plus, la majorité des votants s’est exprimée en faveur d’Alexis Tsipras. Il entre ainsi dans l’histoire comme le 1er premier ministre sorti vainqueur d’une élection après avoir signé un programme d’aide. Les acteurs présentés dans l’un des trois grands spéciaux de cette édition ainsi que toute la zone euro vont minutieusement observer le développement de cette crise latente depuis le début de ce siècle.

 

La crise liée à la dette grecque a été quelque peu éclipsée ces dernières semaines par une autre crise, celle des migrants. Celle-ci place sur le devant de la scène les Balkans, auxquels est consacré un autre chapitre de cette édition. Car à peine tous ces gens qui fuient principalement la guerre en Syrie sont-ils arrivés sur le sol européen (du sud-est), qu’ils tentent de rallier l’Europe de l’Ouest, centrale et du Nord par le chemin le plus court. Mais le Kosovo, l’Albanie, la Serbie, la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine comptent eux-mêmes parmi les pays d’origine de ces migrants. Leur destinée ressemble plus à celle d’Enée, qui a dû quitter sa patrie (d’Asie occidentale), qu’à celle du héros grec Ulysse dont le retour au pays s’est transformé en errance, en sachant toutefois qu’ils ont bénéficié tous deux d’une grande hospitalité. Les pays de destination actuels mettent aussi un point d’honneur à faire preuve d’une grande hospitalité et notamment dans notre branche, les initiatives se multiplient pour donner une chance aux migrants de trouver un emploi sur un marché du travail manquant de main-d’œuvre spécialisée.

 

Le troisième point fort de cette édition, l’Asie centrale, peut aussi être présenté par une allusion à la culture grecque. Car cet été, la candidature de la métropole kazakhe Almaty comme site olympique pour les jeux d’hiver a été rejetée pour la troisième fois. Le grand vainqueur est Beijing, la capitale du très peuplé empire du Milieu, mais il faut retenir que le premier ministre kazakh a souligné la «force des petits pays émergents» lors de sa présentation. Et pour finir, nous devrions nous rappeler que le mot «crise» qui vient du grec, ne désigne pas seulement quelque chose de négatif, mais laisse aussi entrevoir de nouvelles opportunités.

 

Andreas Haug
Rédacteur Trafic aérien

 

 

Nouvelles connexes